Le public félicitent le réalisateur

 C’est le film intitulé  Sankara,  l’Humain   de Boubié Richard Tiené  qui a ouvert le bal des projections de films  au festival Koudougou Doc  ce mardi 26 Avril  2022. Un film  qui a retenu  l’attention  du public  et qui a édifié de nombreux  cinéphiles sur la période du Conseil National de la Révolution (CNR).

 «  C’est un film d’une grande qualité, c’est la première fois  que je vois un film sur Thomas Sankara  où l’on donne la parole aux animateurs du CNR  et  à ceux qui ont été victimes  de l’exercice du pouvoir du CNR », confesse Issa Zabré, un quadragénaire et   enseignant d’Histoire-Géographie.  « C’est la première fois  que je découvre pourquoi le nom de mon pays qui était la Haute Volta a été  changé en Burkina Faso »,  enchaine  Alexis Koala, élève en classe de 1ere.  «  C’est simplement une œuvre originale » dira  le directeur artistique  de Koudougou Doc, Michel K. Zongo.

  Ces  quelques réactions , ponctués d’applaudissements  pendant la projection  et les  regards admiratifs  du  public  à l’issue  de la projection du premier  film documentaire à être projeté   à Koudougou Doc  atteste  bien que  le film a été bien reçu par le public. Pendant 80 minutes, le réalisateur du  film, Boubié  Richard  Tiené interroge  plusieurs  personnes  non seulement sur la vie de  Thomas  sankara, mais également   sur les faits et gestes  du pouvoir du CNR dont il était le président de 1983 à 1987.   C’est une sorte  d’analyse  critique du CNR  dans laquelle, les mérites et  les limites  sont décryptées par les animateurs  et les opposants du CNR.

Le réalisateur Boubié Richard Tiené en plein échange avec le public sur son film

Cette  démarche, le réalisateur la tient  de  par sa formation de journaliste. «  Au début, ce n’était  pas du cinéma mais un documentaire télé. Donc le travail journalistique veut qu’on soit le plus  neutre et objectif dans les faits », confie le réalisateur.  Il  laisse alors   le public  de faire son proprement jugement  du film. Outre ce fait, le réalisateur a,  dans ses recherches qui ont duré 7 ans pu reconstituer  de nouvelles archives sur la vie et les actions du père de la révolution. « La plupart des archives, nous les avons trouvé hors du pays, en Algérie, en France etc… », confie -t-il. Et ce film loin d’être exhaustif  sur les actions du CNR se veut un repère historique pour les générations futures.  Réalisé en 2020, le film a été sélection dans la section Burkina  au FESPACO 2021 et dans  plusieurs festivals d’autres  pays  comme les Etats-Unis et l’Allemagne. 

                                                                          Par Idrissa KOUMBEM